China Black: Wang Keping & Zao Wouki

Aktis Gallery présente CHINA BLACK une exposition de Wang Keping (B.1949) et Zao Wouki (1921-2013). Une sélection de 16 sculptures du sculpteur Wang Keping sont présentées en regard de 10 encres du célèbre peintre Zao Wouki.
Les deux artistes ont quitté leur pays natal au courant du 20ème siècle, se faisant un nom dans le milieu de l’art occidental tout en continuant à construire leur réputation en Chine.

La sélection de sculptures de Wang Keping présentées lors de China Black est composée d’oeuvres très récentes. Dans une interview faite par la galerie, l’artiste dit que ce qui le concerne le plus c’est la forme du bois, ses fentes, ses bosses, qui peuvent l’inspirer.`

Pour chaque sculpture, Wang Keping contrôle tout le processus, en effet il sélectionne lui même la matière première, sculpte le bois, le brûle, le polis et enfin travaille la patine.

Il ajoute que la chose la plus importante et de surcroit la plus difficile est de créer une oeuvre qui soit en accord avec son propre style. Il dit “Pour réaliser une excellente sculpture de petite taille ce n’est pas évident. Quant aux oeuvres monumentales, j’en ai déjà faites un certain nombre et cela ne prend pas forcément plus de temps que de réaliser une pièce de petite taille qui demande elle beaucoup plus de détails. La difficulté ne réside pas dans la taille de la pièce, mais bien dans le fait de créer quelquechose qui n’a jamais existé, d’un style qui n’a jamais été vu auparavant. C’est bien ça le plus difficile."

Né en 1949 à Pékin, il est l’un des fondateurs du premier groupe d’artistes non conformistes “Les Etoiles” (Xing Xing) qui fût créé en 1979 lors du Printemps de Pékin. Il vit à Paris depuis 1984. Wang Keping a exposé dans de nombreux musées internationaux tels qu’au Kunstmuseum, Stuttgart (1998),  Ashmoleum Museum, Oxford (2001), Musée d’Art Contemporain, Marseille (2004), Kunstmuseum, Bern (2005), Musée Maillol, Paris (2008), Musée Zadkine, Paris (2010), Musée Cernuschi, Paris (2011), Asia Society, Hong Kong et Ullens Centre for Contemporary Arts (UCCA) Beijing (2013), Minsheng Art Museum, Beijing (2015), M+ Museum Hong Kong et Centre Georges Pompidou, Paris (2016). Son travail fait partie de nombreuses collections telles que celles du Musée national d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris ; Musée Cernuschi, Paris ; M+ Museum, Hong Kong ;  Aidekman Art Center, Boston ;  Ashmolean Museum, Oxford ;  la Collection de la Ville de Paris, Paris ;  International Sculpture Park, PuYo ; He Xiangning Art Museum, Shenzhen ; Museum of Asian Contemporary Art, Fukuoka ; Museum of Modern Art, Taizhong ; The Olympic Sculpture Park, Seoul.

La galerie souhaitait présenter le travail de Wang Keping. J’ai participé au projet de sa conception à sa réalisation, étant notamment en charge de la coordination avec l’artiste.

Wang Keping au sujet de China Black

La tradition chinoise de la peinture à l’encre est profonde et sombre comme un abime sans fond, Zao Wouki est le premier à en avoir trouvé la sortie.
Wang Keping n’a jamais fait partie du courant traditionnel, il a toujours été en marge des traditions chinoise et occidentale, comme un marcheur solitaire la nuit.
Le noir de l’encre essence de la culture chinoise, le noir de l’encre sur le papier, le noir de la sculpture en bois, la rencontre des trois à donner naissance à l’exposition China Black.
Le noir est la plus inflexible des couleurs, le noir est extrême, le noir est pure.

_____ Wang Keping